Les partenaires de la Plateforme de co-garantie pour l’Afrique réaffirment leur volonté de catalyser le commerce et l’investissement

(Banque Africaine de Développement) Dans un contexte où il est de plus en plus urgent de disposer d’instruments permettant de dé-risquer les investissements en Afrique, les six partenaires de la Plateforme de co-garantie pour l’Afrique (https://bit.ly/3LV8XYa) (CGP) ont affirmé leur engagement en faveur d’une meilleure optimisation des produits de garantie et d’assurance, afin d’accroître le commerce et les investissements en Afrique.

 

Les partenaires se sont engagés à élargir le soutien direct aux transactions pour des projets spécifiques, notamment le développement des infrastructures et l’optimisation des bilans par le partage des risques. Ils développeront des produits nouveaux et hybrides pour traiter des questions telles que le commerce intrarégional, les crises actuelles de l’alimentation et des engrais, et une couverture renforcée pour les investissements dans les infrastructures, les partenariats public-privé, ainsi que les États et situations fragiles ou en transition. La CGP travaillera également avec les parties prenantes pour renforcer les capacités dans l’utilisation d’instruments d’atténuation des risques qui améliorent la préparation et la bancabilité des projets.

Les partenaires sont la Banque africaine de développement (https://bit.ly/3LV8XYa), l’Agence africaine d’assurance commerciale (ATI) (www.ATI-aca.org), l’Agence de développement de l’Union africaine (AUDA-NEPAD) (www.NEPAD.org), GuarantCo (qui fait partie de PIDG, le Private Infrastructure Development Group) (www.GuarantCo.com), la Société islamique pour l’assurance des investissements et des crédits à l’exportation (ICIEC) (https://ICIEC.IsDB.org), et Afreximbank (www.Afreximbank.com), qui a accueilli la réunion du comité directeur.

Dans son discours d’ouverture, Kofi Asumadu-Addo, directeur des garanties et des financements spécialisés de Afreximbank, a déclaré : « Nous traversons une période critique et la CGP est plus que jamais nécessaire. La pandémie de Covid-19, la crise ukrainienne et les défis macroéconomiques qui en découlent pour le continent requièrent une action urgente de notre part en notre qualité de prestataires de services d’atténuation des risques. Collectivement, nous avons la capacité, parmi les partenaires de la plateforme, de répondre de manière adéquate et appropriée pour aider à dé-risquer et à attirer des investissements dans et sur l’ensemble du continent. Nous devons mettre tout cela à profit pour réduire le déficit de financement du commerce et de l’investissement. Afreximbank soutient la CGP — mais nous voulons voir des résultats plus concrets. »

Nous avons la capacité, parmi les partenaires de la plateforme, de répondre de manière adéquate et appropriée pour aider à dé-risquer et à attirer des investissements

Max Ndiaye, directeur par intérim des syndications, du cofinancement et des solutions clients de la Banque africaine de développement, a déclaré : « Cette plateforme a été lancée en 2018 par le président Adesina et les hauts dirigeants des autres partenaires pour aider à combler le déficit flagrant en matière d’atténuation des risques en Afrique, qui empêche de conclure davantage d’accords commerciaux et d’investissement. L’urgence n’a fait que croître depuis lors. Nous avons besoin d’une plateforme axée sur les transactions qui réponde réellement aux besoins de nos parties prenantes ».

Benjamin Mugisha, directeur de la souscription de ATI, a déclaré que la plateforme allait tirer parti des forces de chaque membre pour fournir des solutions proactives afin de répondre aux besoins de l’Afrique. « La plateforme de co-garantie a une occasion unique de créer une synergie entre la vision et le mandat communs de ses membres et s’est engagée à le faire de manière proactive à l’avenir. La plateforme tirera parti des forces de chaque membre pour fournir des solutions proactives afin de répondre aux besoins du continent. »

Ibrah Wahabou, responsable Infrastructure et Connectivité de l’AUDA-NEPAD, a déclaré : « La plateforme de co-garantie est la réponse audacieuse de l’Afrique apportée par les institutions de financement du développement basées en Afrique et l’Agence de développement de l’Union africaine pour combattre la perception exagérée et injustifiée selon laquelle l’Afrique est un endroit risqué pour les investisseurs. Ensemble, grâce à la CGP, nous changeons le discours par le biais d’opérations concrètes ».

Ben Storrs, directeur associé de GuarantCo, a déclaré : « Nous sommes impatients de soutenir le développement de la Plateforme de co-garantie et des partenariats institutionnels afin de relever les défis de l’Afrique en matière d’infrastructures à une plus grande échelle. Collectivement, nous espérons continuer à renforcer les capacités locales pour permettre une utilisation accrue des solutions innovantes d’atténuation du crédit afin de débloquer le financement des infrastructures essentielles. »

Bessem Soua, chef de division Afrique subsaharienne et Europe de l’ICIEC, a déclaré : « La plateforme de co-garantie est une occasion unique pour les partenaires multilatéraux de travailler ensemble sur le renforcement des capacités d’atténuation des risques afin de dé-risquer les investissements et le commerce en Afrique. Les partenaires se sont mis d’accord sur des priorités et des mesures concrètes pour porter la plateforme à un niveau supérieur et assurer une réponse collective et coordonnée aux besoins du continent. »

Les partenaires ont également lancé le site internet (https://bit.ly/3y2eYfQ) de la CGP afin de fournir des informations sur la plateforme et ses institutions partenaires. Le site contient également une adresse électronique pour soumettre des transactions et des requêtes.

 

À propos de la Plateforme de co-garantie pour l’Afrique :
La Plateforme de co-garantie pour l’Afrique est un mécanisme basé sur les transactions, créé pour résorber l’écart de perception des risques en Afrique et accroître le financement des projets de commerce et d’investissement grâce à une meilleure utilisation des garanties et des assurances. Créée en 2018, la réserve actuelle de la plateforme comprend des projets de commerce et d’investissement dans les secteurs de l’énergie, de l’agriculture, de la santé et des infrastructures dans toute l’Afrique. La Banque africaine de développement héberge le secrétariat de la CGP.

RELATED ARTICLES

Dossier : Comment combattre la corruption dans les chaînes logistiques ?

La Journée internationale de lutte contre la corruption est observée chaque année, le 9 décembre, depuis l’adoption de la Convention des Nations unies contre la corruption le 31 octobre 2003, pour attirer l’attention du public sur les problématiques de lutte contre la corruption. L’occasion faisant le larron, la rédaction de Logistique Magazine est une fois […]

Read More

Le Président de la République du Sénégal, son Excellence Macky Sall visite le chantier Bus Rapid Transit (BRT)

Le 06 décembre 2022, le Président de la République du Sénégal, son Excellence Macky Sall, accompagné du Ministre des Transports Terrestres, du Gouverneur de la Région de Dakar, du Directeur général du CETUD, du Directeur général d’Ageroute Sénégal et des équipes en charge du projet, a visité le chantier du projet Bus Rapid Transit (BRT) […]

Read More

Le groupe français Bolloré obtient les autorisations requises pour la cession de Bolloré Africa Logistics au Groupe MSC 

Le jeudi 1er décembre 2022, le Groupe Bolloré a annoncé à travers un communiqué de presse que les autorisations réglementaires et des autorités de concurrence qui conditionnent la réalisation de la cession de Bolloré Africa Logistics au Groupe MSC ont été obtenues. D’après le dit communiqué, la réalisation de la cession pourrait intervenir dans les prochaines […]

Read More