Un nouveau livre blanc décrit la croissance des marchés de l’après-vente automobile au Ghana et en Côte d’Ivoire

Le document souligne que si le Ghana et la Côte d’Ivoire sont des marchés plus petits que les marchés phares que sont l’Égypte, le Nigeria et l’Afrique du Sud, ils ont un énorme potentiel

Un « énorme potentiel » pour les fournisseurs de pièces détachées de deux pays africains alors que l’importation de véhicules et de pièces détachées monte en flèche ; le rapport du cabinet de conseil allemand Africon indique une forte demande en provenance des États-Unis, de l’Europe ou des Émirats arabes unis, pays hôte d’Automechanika Dubai (www.AutomechanikaDubai.com) 2022

Télécharger le document : https://bit.ly/3AmaO3M

Un nouveau livre blanc rédigé par Africon, la société de conseil allemande qui aide les entreprises du monde entier à se développer en Afrique, présente des informations clés sur les marchés automobiles du Ghana et de la Côte d’Ivoire.

Parmi les données, on trouve des détails sur l’augmentation des véhicules importés ainsi qu’un marché des pièces détachées en pleine croissance dans les deux pays, ce qui leur confère une importance croissante sur le marché secondaire de l’automobile en Afrique.

Le document souligne que si le Ghana et la Côte d’Ivoire sont des marchés plus petits que les marchés phares que sont l’Égypte, le Nigeria et l’Afrique du Sud, ils ont un énorme potentiel.

Les importations totales de véhicules dans les deux pays ont explosé au cours des six dernières années, la valeur des véhicules légers en Côte d’Ivoire ayant plus que doublé et celle des véhicules lourds ayant presque doublé depuis 2016.

Alors que le marché ghanéen des pièces détachées est environ deux fois plus important que celui de son voisin francophone

Au Ghana, la croissance a été légèrement plus lente, mais les chiffres restent impressionnants avec une moyenne de 11 % et de 10 % par an pour les véhicules légers et des poids lourds respectivement. Pour ces deux pays, la majeure partie de l’offre totale provenait des États-Unis, des Émirats arabes unis et de l’Europe.

De même, en Côte d’Ivoire, malgré l’impact économique de la pandémie de COVID-19, la croissance du marché des véhicules légers neufs du pays au cours des dernières années a été relativement forte, le volume passant de 7 500 en 2012 à plus de 10 000 unités de manière relativement constante au cours des dernières années. Au total, il y a environ 800 000 véhicules en circulation dans le pays (à l’exclusion des remorques et des véhicules à deux ou trois roues), alors que le Ghana en compte environ 1,2 million.

« Les marchés des pièces détachées connaissent une croissance égale pour les deux pays », peut-on lire dans le livre blanc. « Alors que le marché ghanéen des pièces détachées est environ deux fois plus important que celui de son voisin francophone, la Côte d’Ivoire rattrape rapidement son retard avec une croissance annuelle des pièces importées augmentant de près de 20 % entre 2015 et 2021. Au Ghana, la croissance n’est « que » de 10 % par an sur la même période. »

Africon estime qu’avec des tailles de marché croissantes, les deux pays sont susceptibles d’être le point de mire des fabricants de pièces, tandis que la localisation de l’infrastructure de distribution est susceptible d’augmenter. À l’heure actuelle, le Ghana et la Côte d’Ivoire ont tous deux une structure de distribution très similaire, les fabricants de pièces détachées internationaux s’approvisionnant par le biais de sociétés de commerce international souvent basées aux Émirats arabes unis ou en Europe.

Le e-commerce joue jusqu’à présent un rôle plutôt limité dans les deux pays, affirme le document. Les plateformes en ligne étrangères sont parfois utilisées pour importer des pièces, notamment en raison d’une plus grande confiance dans les fournisseurs étrangers. Pour la revente dans les pays, la grande majorité des acheteurs préfèrent « voir et toucher » les produits avant de passer commande. En outre, les défis logistiques à relever pour mettre en place des systèmes de e-commerce fiables n’ont pas encore été résolus. Néanmoins, de nombreuses parties prenantes croient en des solutions futures à ces défis et sont de plus en plus désireuses d’explorer les opportunités dans l’espace numérique en Afrique.

« Si, jusqu’à présent, seuls quelques fabricants mondiaux de pièces détachées disposent de leur propre personnel et de leurs propres structures dans la région, ils devraient et vont se rapprocher de leurs clients à cet égard », poursuit le document. « L’importance de la vente de pièces détachées en ligne et d’autres services automobiles numériques (réparation et entretien, assurance, covoiturage, etc.) pourrait bien s’accroître afin d’améliorer considérablement la commodité pour les conducteurs et les propriétaires de véhicules locaux. Pour être sûres de se faire une place sur ces futurs marchés prometteurs, les entreprises locales et mondiales devraient utiliser les avantages des pionniers. »

Africon, qui dispose de structures en Côte d’Ivoire, en Éthiopie, au Ghana, au Kenya, au Nigeria, en Afrique du Sud et en Tanzanie, participera cette année au salon annuel Automechanika Dubai, qui se tiendra du 22 au 24 novembre au Dubai World Trade Centre, dans les Émirats arabes unis.

Malgré les défis posés par le COVID-19, l’événement de l’année dernière a rassemblé 20 574 visiteurs de 129 pays, 578 exposants de 47 pays et 12 pavillons officiels de pays pour renouer les liens et engager des négociations sérieuses, signer de nouveaux accords, explorer de nouveaux partenariats et prendre connaissance des dernières tendances du marché.

L’organisateur du salon, Messe Frankfurt Middle East, prévoit plus de 750 exposants cette année, soit une augmentation de 30 % par rapport à l’année précédente, et une augmentation similaire du nombre de visiteurs, les restrictions sur les voyages internationaux continuant à s’atténuer.

Distribué par APO Group pour Automechanika Dubai.

RELATED ARTICLES

Le groupe français Bolloré obtient les autorisations requises pour la cession de Bolloré Africa Logistics au Groupe MSC 

Le jeudi 1er décembre 2022, le Groupe Bolloré a annoncé à travers un communiqué de presse que les autorisations réglementaires et des autorités de concurrence qui conditionnent la réalisation de la cession de Bolloré Africa Logistics au Groupe MSC ont été obtenues. D’après le dit communiqué, la réalisation de la cession pourrait intervenir dans les prochaines […]

Read More

Golfe de Guinée – École embarquée sur le PHA Tonnerre

Du 9 au 18 novembre, près d’une vingtaine d’officiers et officiers mariniers gabonais, ivoiriens et togolais ont participé au Stage d’instruction régionale embarquée et numérique (SIREN) à bord du Porte-hélicoptères amphibie (PHA) Tonnerre. Le SIREN a été l’occasion pour les marins africains et français de réaliser des entraînements conjoints couvrant plusieurs domaines, dont la sécurité […]

Read More

Bénin : la Société Béninoise de Manutention Portuaire (SOBEMAP) dissoute fait place à la création d’une nouvelle société de manutention au port de Cotonou

Le conseil des Ministres qui s’est réuni aujourd’hui mercredi 30 novembre 2022, sous la présidence de Monsieur Patrice TALON, Président de la République du Bénin, a prononcé la création d’une nouvelle société de manutention au port de Cotonou. La modernisation actuelle du port de Cotonou conduit à la réorganisation des activités portuaires autour de trois […]

Read More